14. Comment appréhender ce que désignaient les mots vigne, plant, raisin, puis cépage (1400-1900) ?

Le risque de se tromper est faible si l’on pose pour hypothèse que chacun de ces mots ne répondait pas à une définition univoque et stable.
Qu’entendait-on, par exemple,  lorsque l’on écrivait  vigne, ou plant, ou raisin ou cépage de Pinot ? Lire la suite « 14. Comment appréhender ce que désignaient les mots vigne, plant, raisin, puis cépage (1400-1900) ? »

14. Comment appréhender ce que désignaient les mots vigne, plant, raisin, puis cépage (1400-1900) ?

11. Des plants bordelais en Anjou au Moyen Age

Peu de textes médiévaux font allusion aux plants utilisés dans la vigne. Dans presque tous les cas, le mot utilisé est « vigne » que l’on trouve très souvent dans des actes de la pratique qui rapportent le  don, l’échange, la vente d’une vigne à tel endroit. Quelques très rares exemples existent  (à ma connaissance). Ils valent d’être soulignés. Voici trois textes pour l’Anjou. Lire la suite « 11. Des plants bordelais en Anjou au Moyen Age »

11. Des plants bordelais en Anjou au Moyen Age

6. Les 3 Loire(s) des cépages

Au long des mille kilomètres de son cours, le fleuve et ses affluents comptent de nombreux vignobles actuels ou historiques.
Ces vignobles sont distribués du Forez et de Roanne au littoral atlantique. Allier, Cher, Vienne, Loir ont été les principaux tributaires actifs de la Loire dans le transport des vins, et donc des cépages, avant l’arrivée du Chemin de Fer. Massif Central, Bassin Parisien, Massif armoricain forment les grands contextes géologiques juxtaposés et traversés. Lire la suite « 6. Les 3 Loire(s) des cépages »

6. Les 3 Loire(s) des cépages