61. 1539, Mesliers – 1578, Meslier, etc.

De mesliers à meslier …A propos de vigne, mesliers au pluriel apparaît dans la première édition du  dictionaire francoislatin de Robert Estienne en 1539, accompagné de sa traduction en latin,  vignes mêlées : miscellae vites.
On retrouve le même article dans les éditions suivantes du dictionnaire en 1549 toujours par Robert Estienne, puis en 1564 par Jean Thierry et en 1584 par Jean Nicot.
Mesliers désigne des vignes mélangées et non une variété particulière.

Dans le traité intitulé L’Agriculture, et Maison Rustique, au chapitre IX,  De la Plante des  Vigne blanche,  Jean Liébault en 1578 énonce
Trois sortes de meslier
Quant aux differences des complants, j’en trouve de trois sortes ; l’un se nomme le meslier commun, qui est de grand rapport ; l’autre s’appelle le gros meslier, qui a le bois et le fruict aussi plus gros : et l’autre s’appelle le franc meslier, qui rapporte le meilleur fruit de tous et le grain plus séparé.
Il s’agit bien ici de diverses variétés qui se distinguent par leur productivité et leur qualité. Il n’est pas question de plants mêlés. Une étymologie douteuse renvoie ce meslier à miel.

En 1600, Olivier de  Serres, dans le traité Le Theâtre d’Agriculture et Mesnage des champs cite un  Meslier parmi les  « les noms des raisins dont l’on use le plus en divers endroits de ce Roiaume … »

Jean Nicot en 1606 dans Thresor de la langue francoise, tant ancienne que moderne,  premier dictionnaire de langue (non bilingue) dont le TLFi (Trésor de la langue française informatisé) consultable en ligne  est aujourd’hui le continuateur, précise :
Meslier, /…/ C’est aussi une espece de raisin blanc, Et au plur. Mesliers, sont vignes meslées de divers complants de raisins, blancs et rouges, de plusieurs sortes, Miscellae vites.

On doit ainsi à Jean Nicot au début du 17e siècle la synthèse des interprétations, l’une lexicographique et l’autre agronomique. Plants mêlés et mesliers, sous divers noms, font partie du vocabulaire courant des ouvrages techniques des 17e et 18e siècles.
Petit meslier et meslier Saint-François sont encore des cépages actuels. Le premier est champenois et rare, remis à l’honneur par certains vignerons, le second issus du chenin et du gouais a été un cépage productif répandu, notammenrt au 19e siècle. Il est plus rare aujourd’hui.

Publicité
61. 1539, Mesliers – 1578, Meslier, etc.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s