113. Un atlas historique des cépages de France

La publication en ligne de cet atlas vient de débuter : cepatlas.huma-num.fr

Financée par la Région Centre Val de Loire, notamment sur crédits de l’Union européenne, la recherche a été conduite en 2020-2022 à l’initiative de l’université de Tours.

Après que les membres du groupe de travail eurent rendue publique l’enquête de l’intendant Nicolas Dupré de Saint-Maur dont il est souvent question ici,  et que des sondages eurent été réalisés dans différents services d’archives départementaux, il apparut qu’un fonds documentaire important et inédit existait en France au sujet du matériel végétal de la vigne, à partir de la fin du 18e siècle.

La majeure partie des dépôts d’archives départementales a pu être visité et les archives qui y sont présentes enregistrées, ce qui a permis la recension de plus de 31 000 occurrences de noms entre 1783 et 1900, laps de temps qui correspond à l’identification des multiples noms anciens et à l’élaboration de la nomenclature actuelle dont Pierre Rézeau et Pierre Galet ont été d’éminents acteurs par la rigueur de leurs travaux dont cet atlas a largement profité.

Parmi les 31 000 occurrences relevées, plus de 20 000 proviennent de sources d’archives presque toutes inédites,  ce qui constitue un changement d’échelle notable dans la connaissance. Ces mentions originales, issues pour l’essentiel du terrain (vignerons, propriétaires, édiles locaux) ont échappé au filtre des auteurs de traités qui étaient jusqu’ici la principale source de noms de variétés cultivées. Elles ne sont pas nécessairement plus exactes que ce que l’on peut lire dans les traités mais ces mentions plus directes sont moins élaborées et déformées. Leur nombre a aussi un rôle à jouer dans l’élimination des intrus.

Sur la base de la documentation accessible à partir de la fin du 18e siècle, CepAtlas présente plusieurs séries de cartes selon une maille départementale :

– sur les usages de chaque cépage à diverses dates depuis 1800 : (1800, 1870, 1900, 1950, 2000, 2020) présentées selon les noms actuels

– sur les usages localisés (régions, provinces, vignobles) des noms anciens antérieurs à ceux de l’actuelle nomenclature

– sur la qualité et les limites des sources mises en œuvre

Sont prévues des cartes pour

– les aires anciennes de culture que dessinent les assortiments de cépages

– des essais de prospective pour l’usage de cépages traditionnels au 21e siècle

Les cartes reposent sur des dossiers documentaires qui analysent la documentation réunie dans la perspective d’un atlas historique. Noms principaux actuels ou anciens, noms associés, noms équivoques sont appelés à être chacun l’objet d’un dossier qui récapitule l’information souvent inédite désormais disponible.

Il est aussi prévu de rendre  à court terme accessible en ligne le contenu des sources inédites qui ont été dépouillées.

Pour les vignobles ligériens, il est déjà possible de consulter des cartes et des dossiers documentaires pour

Abouriou
Cot et samoireau, cors, jacobin, griifforin, etc.
Balzac pour Mourvèdre
Bourguignon, nom équivoque
Melon

Sont sur le point d’être mis en ligne
Genouillet
Grolleau N et G
Orbois et menu pineau, verdet
Sacy/Tressallier
Tressot
etc.

113. Un atlas historique des cépages de France

Une réflexion sur “113. Un atlas historique des cépages de France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s