116. D’énigmatiques plants et raisins « tendres » dans le Val de Loire

On trouve dans les sources d’archives des 18e et 19e siècles des mentions répétées de noms formés à partir de l’adjectif tendre et plus rarement d’un substantif dérivé attesté dès la fin du Moyen Age : tendrier.

Des mentions du nom Noir Tendre datent de 1783 et sont attachées à des envois de plants de ce nom depuis Selles-sur-Cher (Loir-et-Cher), La Châtre et Issoudun, dans le Cher.

Les mentions suivantes, du début du 19e s., proviennent des deux départements voisins, de nouveau le Loir-et-Cher (41) et l’Indre-et-Loire (37) . Ce sont des envois à Paris pour la collection de vignes du Luxembourg :
1804, Noir tendre  à Blois et dans le canton d’Oucques(41),
1806, Noir tendre à Saint-Aignan (41)
1808, Noir tendre en Indre-et-Loire (37)

Un Noir tendre est mentionné auparavant dans le Berry au 18e siècle, que j’ai, à tort, rapproché du Cot.

Dans le Loir-et-Cher, on pense à une opposition entre les noms Noir tendre et Gros noir, le second désignant des variétés teinturières et très productives de vins de faible qualité. Cette proposition est à manier avec la plus grande prudence car sont aussi au même moment mentionnés des auvernats tendres qui ne désignent pas des chardonnays ou pinots blancs (que l’on ne savait pas distinguer les uns des autres) mais des blanchetons, donc selon toute vraisemblance des plants de Folle Blanche, eux aussi très productifs de vins médiocres à l’image du Gros noir. Tendre n’est donc pas toujours une indication de qualité.

Tendrier (tendrié), plus rare, semble s’appliquer à des raisins blancs. Un Tendrier en 1808  à Chédigny (37) est dit du Poitou. En 1797 un blanc tendrier est mentionné en Anjou, et en  1804, un tendrier blanc dans le Maine-et-Loire

Un Fromentin noir ou Tendrier, variété de pineau, reçu du Cher est mentionné dans le catalogue de la collection du Luxembourg à Paris en 1809.

Enfin, Samuel Leturcq (Université de Tours) a relevé dans les comptes de la fin du 14e siècle (1385) du comte de Blois la mention de plantsblancs nommés tendrier.

Du Cher au Maine-et-Loire, Ce nomTendrier est certainement équivoque, d’usage imprécis, appliqué à des blancs et des noirs ; de plus tendre paraît être un qualificatif peu discriminant…

A suivre donc.

Publicité
116. D’énigmatiques plants et raisins « tendres » dans le Val de Loire